• Quelques images  prises à partir et dans le Parc du Château. La première vue, issue d'un assemblage de 4 images, nous montre les Tours de la Défense, le Mont Valérien, la Tour Montparnasse et la Tour Eiffel. Le temps était particulièrement clair en cette fin de journée automnale.

    Quelques jeunes vaches ont été installées sur les terrains en contrebas de la terrasse, remplacant avantageusement le fauchage.

     

    Cliquer sur les images pour zoomer

     

    1 Panorama Paris 1 OB

    Panoramique de l'Ouest parisien

    2 Vue vers Paris OB

    Vaches en pâture.

    3 Silouhette du Château de St Germain OB

    Silhouette du Château

    4 Forêt de St Germain

    Clématites sauvages.

    5 Forêt de St Germain OB

    Clématites sauvages.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    11 commentaires
  •  

    L'artiste Adel Abdessemed espose sur le parvis de Beaubourg à Paris, une statue en bronze haute de plus de 5 mètres pour le moins insolite.

    En effet il a immortalisé dans le bronze l'altercation entre Zinedine Zidane et le joueur italien Marco Matérazzi, lors de la finale de la coupe du monde de football (9 Juillet 2006)

    Ce "coup de boule" a entrainé l'expulsion du terrain de Zidane, ce qui, d'après certains, a fait perdre la coupe du monde à la France...le score étant de 1 partout à cet instant. C'est finalement aux tirs au but que l'Italie remporta la Coupe.

    Ce mauvais geste, pour ne pas dire plus,  véhicule une image négative du football en général et de Zidane en particulier.

    Fallait-il exposer cette oeuvre ? Certaines instances du football disent que non.

    Un Clic pour zoomer

     

    Beaubourg Zidane 2012 OB

    Zidane 2012 (1) OB

    Zidane 2012 (2) OB

     Zidane 2012 (3) OB

    Zidane 2012 (4) OB

    Zidane 2012 (5). OBJPG

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    11 commentaires
  • Rue Vide Gousset 75002 Blog

    Il n’y a qu’à lever les yeux à chaque coin de rue pour observer la diversité de ces accessoires urbains si utiles : les plaques de rues.

    Ces plaques, pour certaines en lettres blanches sur fond bleu, ont été apposées sur les façades dès 1847.

    Mais avant ? Et bien le nom des rues était directement gravé dans la pierre des façades. Certains accompagnés d’un chiffre qui indiquait le quartier.

    Avant 1728, peu de rues étaient signalées. Ce n’est qu’à partir de 1729 que leur apposition devient obligatoire. A charge pour les propriétaires des maisons d’extrémités d’assurer à leurs frais la gravure !

    Au fil de l’histoire, la dénomination des rues à souvent changée.

    En 1793, la Convention ordonne d’effacer tous les signes de la royauté sur les monuments publics, y compris ceux de certains noms de rues.

    En 1794, ce sera l’effacement des mots rappelant le clergé. Le mot Saint (St) sera minutieusement martelé sur toutes les plaques. Par exemple rue St Gervais, rue St Martin etc. Dans certaines rues, comme la rue St Louis c’est le nom complet qui à été effacé et jamais remplacé sur sa pierre d’origine.


    Sous la Restauration, le mot Saint (St) fut de nouveau autorisé. Il fut parfois gravé, peint, ou remplacé par une pierre taillée ajustée  à l’emplacement d’origine. Mais au fil du temps,la mauvaise qualité du travail a parfois  fait disparaître cette réparation.

     

    Certaines gravures, composées de lettres, ont une autre fonction. Ce sont des limites de "censives"


    La mode de l’ancien étant revenue, certaine plaques ou gravures sont contemporaines. Ces imitations sur les vieux immeubles, sont quand même  plus jolies qu’une plaque émaillée !

    Beaucoup de villes de province sont aussi ornées de belles plaques gravées.

     

    Cet inventaire n'est pas exhaustif alors, si vous en connaissez d'autres sur Paris qui ne figurent pas dans ce dossier, merci d'avance de me les signaler.

     

    Cliquer  ICI   pour voir les images.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    5 commentaires
  • 51 rue St Louis en L'Isle 74004 Paris Blog

     

    De part sa simplicité, le cadran solaire est sans doute l’un des premiers « instruments » à mesurer le temps avec une certaine précision.

    A l’origine, ils ne ressemblaient pas à ceux que nous connaissons aujourd’hui.

    Leur conception, à stylet (ou gnomon) incliné, provient de la civilisation Arabe. Ils firent leur apparition vers le 12ème siècle et indiquent l’heure solaire, de durée égale.

    Ils sont parfois accompagnés de proverbes ou devises, souvent écrits en latin et sont gravés directement dans la pierre, peints ou tout simplement dessinés sur des plaques décoratives en métal ou céramique.




    Cliquer  ICI pour voir l'album " Cadrans Solaires parisiens "

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique